Comment lire une étiquette Trois Boucs? Partie II – DI et DF.

Comment lire une étiquette Trois Boucs? Partie II – DI et DF.

 

DI, la densité initiale (de ce liquide avant fermentation, qui deviendra de la bière)

Celà indique la quantité de sucre tirée du grain lors du brassage, se trouvant dans ce jus sucré (le moût) encore dépourvu d’alcool et de gaz. Une majeure partie de ces sucres seront convertis en alcool par les levures, le reste donnera du corps et du moelleux. Cette densité initiale est généralement comprise entre 1.030 et 1.100 (et parfois plus).

Jusqu’à 1.060, on a affaire à  une bière plutôt fine, avec une corpulence et un taux d’alcool dans les standards. Du classique.
En langage Trois Boucs : Clairfont, Hermine, Crémaillère, …

Après 1.060, « c’est du lourd ». En d’autre termes, il y a des calories, soit sous forme de sucres pour donner un résultat … rondement rond, soit sous forme d’alcool pour réchauffer les cœurs, ou pour ce que vous voulez, au fond. On est alors dans le monde notamment des Triple belges et autres stouts anglaises.
En langage Trois Boucs : Fin des temps 2016, St Angus, …

Arrivé à 1.080 ou plus il faut s’attendre à quelque chose de franchement roboratif, qui doit parfaitement illustrer la formule « y’a à boire et à manger ». A déguster généralement chez soi, pépère, au coin du feu. Pas au mois d’Août en faisant du béton. Quoique, si vous cherchez l’inspiration pour un projet façon Musée Wonderworks (voyez ici)…
En langage Trois Boucs : Brise-Crâne, Lemmy’s, Baribal …

De plus d’une manière générale, une DI élevée demande plus de grain, ou une ébullition plus longue,  induisant souvent des saveurs de grain plus présentes.

DF, la densité finale de la bière après fermentation complète.

C’est l’indicateur de la quantité de sucre restante à l’issu du processus de fermentation.
Pour une densité initiale égale, deux bières pourront avoir une densité finale très différentes, en fonction des levures utilisées, des méthodes de brassage, ou encore des grains utilisés.

En langage Trois Boucs, la Brassin-Glinglin et la Docker ont une densité initiale proche (1.055 et 1.057).
La première est finalement forte en  alcool (7.3 % alc. vol.) et sèche, avec une DF à 1.003.
La seconde est légère en alcool (5.0 % alc. vol.) mais bien plus ronde, avec une DF à 1.018.

Cette densité finale est généralement comprise entre 1.000 et 1.030 (et parfois plus).

La densité initiale donne un potentiel d’alcool et de moelleux, la densité finale permet de déduire deux réalités:

  • la quantité d’alcool produite (par référence à la densité initiale), mais cette info est livrée sur l’étiquette.
  • la quantité de sucre résiduel.

Ainsi une densité finale faible 1.000 à 1.010 donnera une bière plutôt aqueuse, voire sèche. Souvent désaltérantes.

Au delà de 1.020, ce sont des bières rondes, voire liquoreuses. Elles peuvent être vite écœurantes sans un houblonnage bien appuyé pour les équilibrer.

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *