FIN DES TEMPS 2016 | Ale Dorée | 7,2 % Alc. vol. | 35 IBU | 25 EBC

Le caractère puissant du miel de châtaignier mis en avant, et une longue garde pour cette Ale dorée de fin de saison, aux accents camphrés, à siroter tranquillement..

Fermentation haute.
Grains : Malt d’orge (Pils/Vienne, Munich, Cara, Café light), Avoine.
Houblons : Nugget/Galena, Fuggles, Hallertau Tradition.
Ajouts : Miel de châtaignier.

BRISE-CRANE | Scotch Strong Ale (Ale Ambrée) | 7,0 à 9,0 % Alc. vol. | 25 à 30 IBU | 45 EBC

Une Ale Ambrée, forte, de tradition écossaise, l’amertume notable et le malt tourbé en plus, qui dissimule sous une robe sombre aux reflets acajou de complexes saveurs rustiques pour sortir des sentiers battus. Une bière robuste qui supportera d’être dégustée en accompagnement de mets tels des gibiers en sauce, trolls grillés ou fumés et autres barbecues.

Fermentation haute.
Grains : Malt d’orge (Vienne, Munich, Crystal, Ruby, Whisky), Avoine.
Houblons : Nugget, Fuggles.
Prochain brassin : Hiver 2016.

TRIADE | Ale Blonde | 6,5 à 7,5 % Alc. vol. | 25 à 30 IBU | 10 à 15 EBC

Une Ale blonde de tradition belge, faite de trois grains (Orge, blé, avoine), associés à du sucre de canne complet, et forgée par une fermentation tumultueuse, qui cache la rondeur de ses saveurs sucrées et épicées derrière un trouble opalescent.

Fermentation haute.
Grains : Malt d’orge (Pils, Cara Ruby, Munich), Blé, Avoine.
Houblons : Sladek, Strisselspalt.
Bonus : Sucre de canne complet

LUDWIG | Lager Blonde | 5,5 à 6,5 % Alc. vol. | 25 à 30 IBU | 10 à 15 EBC

Cette Lager Blonde, avec un léger accent bavarois, dans un style largement diffusé par les principales brasseries industrielles, mêle les saveurs de 3 houblons nobles pour donner une bière nette et … classique.
Un bon choix pour tenter un premier pas dans le monde des bières artisanales.

Fermentation basse.
Grains : Malt d’orge (Vienne, Crystal, Munich).
Houblons : Sladek, Mandarina Bavaria, Strisselspalt.
Prochain brassin : Hiver 2016.

visucremaillere

 

CREMAILLERE | Ale Ambrée | 6,5 à 7,5 % Alc. vol. | 25 à 30 IBU | 20 à 30 EBC

Cette Ale Ambrée, est la première bière créée à la brasserie.  Houblonnée à cru, associant caramel, fruit secs et notes florales, sur une amertume maitrisée, elle se veut équilibrée et subtile.

Fermentation haute.
Grains : Malt d’orge (Pils/Vienne, Crystal),  Avoine.
Houblons : Sladek, Strisselspalt.

BLANCHE ROSE | Ale Blanche Fruitée | 5,0 à 6,0 % Alc. vol. | 10 à 15 IBU | 5 EBC

Elaborée sur une base de Bière de froment fraiche et légère, additionnée de pêches de vigne sanguines du verger, cette création vous surprendra par sa couleur rose, et ses notes fruitées.

Fermentation haute.
Grains : Malt d’orge (Pils), Blé, Avoine.
Houblons : Hallertauer Tradition, Strisselspalt.
Bonus : Pêches de vigne sanguines du verger.
Prochain brassin : Très peu de pêches de vigne cette année, donc pas de brassin en 2016/2017. 🙁

 visulemmys

LEMMY’S | English motor stout (Ale noire) | 8,0 à 10,0 % Alc. vol. | 35 à 45 IBU | 80 EBC

Ale noire, inspirée des Triple Stout. Un monstre de malt alliant puissance et moelleux sur des notes torréfiées et un houblonnage présent, herbeux et résineux. Une bière qui acceptera un vieillissement en cave pour dévoiler aux plus patients des arômes plus complexes encore.

Fermentation haute.
Grains : Malt d’orge (Pils/Vienne, Café, Chocolat, Crystal), Avoine.
Houblons : Nugget/Galena, Hallertau Tradition.
Ajouts : Cacao (Poudre/gruet).

 
If you like to gamble, I tell you I’m your man…

Combien de temps conserver une bière ?

 

La règlementation impose d’indiquer une DLUO (Date limite d’utilisation optimum), que nous fixons, sauf exception, à 1 ou 2 ans après la mise en bouteille. Cependant, une bière ne se périme pas réellement, dans le sens où elle ne présentera aucun risque pour la santé, grâce notamment au milieu acide, à la barrière alcoolique et aux vertus antiseptiques du houblon, de sorte qu’aucun agent pathogène n’est capable de s’y développer.

N’oublions pas qu’à l’origine le brassage avait pour but, entres autres, de transformer l’eau, périssable, en une boisson pouvant être stockée et consommée durablement.

Certaines bières peuvent même gagner à être conservées (si les conditions sont idéales, voir ci-dessous), tendant avec le temps vers une réduction de l’amertume et une plus grande complexité des arômes, résultat, notamment, d’une madérisation.
Nous avons récemment gouté une Stout impériale (Rasputin) titrant environ 11% alc. vol., d’une célèbre micro-brasserie néerlandaise (De Molen), brassée en 2015, arborant une DLUO en 2040 ! Ce qui nous laissait 25 ans pour la boire !
D’autres comme Chimay indiquent un millésime sur leurs étiquettes.
Enfin une illustre brasserie trappiste (Orval) produit une bière dont le gout va nettement évoluer dans les 2 ans suivant la mise en bouteille, en raison notamment de l’introduction d’une levure spécifique à l’embouteillage.
Ces bières pouvant être gardées, jusqu’à plusieurs années, sont en général des bières fortes (8% alc. vol. et plus), bien houblonnées, et souvent foncées (noires, brunes, voir ambrées).

A l’inverse, les bières de moins de 6° (hormis les fermentations spontanées type lambic, etc..) sont à consommer rapidement, de même que les bières dont l’intérêt réside dans l’utilisation de houblons très aromatiques (IPA, etc…) sous peine d’une réduction dommageable des saveurs et arômes du houblon.

Donc en résumé, il faut la boire le plus vite possible. Et en général dans les mois suivant l’achat ou la mise en bouteille si la date est connue. Sauf indication nette et précise du contraire par le brasseur; et encore vous serez bien libre de faire comme vous voudrez.